Référentiel national pour l’évaluation des ÉcoQuartiers - Tome 2

publié le 22 mai 2018

L’année 2017 marque une étape importante dans la démarche ÉcoQuartiers. Pour la première fois depuis son lancement, il y a sept ans, le Club ÉcoQuartier piloté par le ministère met à disposition des porteurs de projets un panel complet d’outils pour (auto)évaluer leurs ÉcoQuartiers, qu’ils soient encore en projet, en chantier, ou en phase de vie.

Ce document vient compléter les deux premières publications 2016 : la plaquette « Vers une évaluation des ÉcoQuartiers » et le « Référentiel pour l’évaluation des ÉcoQuartiers ».

2017 est aussi l’année pilote pour la mise en œuvre du label étape 4, nouvelle étape définie par le renouveau du label, il y a tout juste un an. Elle permet de mesurer la tenue des engagements pris au lancement du projet lors de la signature de la charte. Elle doit permettre à la collectivité, et à ses partenaires, de prendre un temps de recul sur l’atteinte des objectifs initiaux du projet. C’est donc tout naturellement que les travaux sur l’évaluation sont mobilisés pour accompagner cette quatrième et dernière étape de la démarche de labellisation.

La mise en place de l’étape 4 a permis de confirmer l’intérêt des réflexions menées depuis plus de 5 ans sur l’évaluation. A la réflexion, aux expérimentations, aux tests et à la co-construction d’un socle méthodologique commun sur l’évaluation, doit maintenant succéder la mise en œuvre. Les outils d’évaluation ont besoin de se confronter au réel pour s’enrichir et devenir plus solides, plus pertinents au regard des attentes des porteurs de projets.
Ce document, rédigé et publié par le Cerema, se fonde, d’une part, sur les méthodes produites initialement par le CSTB puis par les différents membres du Comité Scientifique ÉcoQuartier, et sur les retours des collectivités labellisées qui les ont testées, et d’autre part sur les apports des collectivités, des aménageurs et des structures partenaires ayant participé au groupe de travail évaluation.

Ce document propose un cadre pour l’évaluation des ÉcoQuartiers en phase de vie, avec des questions évaluatives, des indicateurs et des éléments de méthode pour renseigner ces derniers, en particulier via l’écoute des usagers et des habitants. Cependant, loin d’être figé, ce cadre est à considérer comme un instantané, qui évoluera forcément en fonction des premiers retours, de l’utilisation qu’en feront les collectivités qui en sont les destinataires.

A l’avenir, les liens entre les travaux menés sur l’évaluation et le label étape 4 s’intensifieront. D’une part, parce que nous disposerons des retours d’expériences des premiers labels étape 4 et que de nouvelles collectivités vont se porter candidates à l’étape 4. D’autre part, parce que les collectivités encore au début de la démarche pourront intégrer ces outils très en amont, dès le début du projet, afin de préparer au mieux leur candidature à l’étape 4.

Le développement et l’enrichissement progressif du module évaluation sur la plateforme ÉcoQuartiers (www.ecoquartiers. logement.gouv.fr) faciliteront ce lien, et seront conduits dans le même esprit de contextualisation et d’adaptation aux besoins de ses utilisateurs que l’ensemble de la démarche.
C’est pourquoi, en 2018, les temps de partage entre collectivités, aménageurs, partenaires seront renforcés, au moyen de deux séminaires d’échanges organisés, le premier au printemps, et le second à l’automne. Vous serez tous conviés à participer à ces temps de partage d’expériences et de consolidation du référentiel d’évaluation.

Dans ce cadre, nous proposerons la mise en place de formations à destination de l’ensemble des acteurs, en complément des outils présentés et de la plateforme.

Notre objectif est d’offrir au plus grand nombre de collectivités la possibilité de s’emparer de ces outils, de les tester, de les enrichir, au service de leurs projets.

Nous souhaitons poursuivre ce débat, nous souhaitons que cette acculturation à l’évaluation des projets d’ÉcoQuartiers se diffuse à l’ensemble du territoire, permettant ainsi d’accélérer l’émergence de modes de faire les villes plus durables.

L’équipe du bureau AD4