Note problématique et première analyse des enjeux liés à la revitalisation des coeurs de ville réalisés par le Cerema

publié le 20 novembre 2018

Les villes moyennes (et bourgs centres), entre 15.000 et 100.000 habitants, ainsi que leur intercommunalité avec qui elles sont associées, concentrent 23 % de la population française et 26 % de l’emploi. Elles constituent "la colonne vertébrale" du territoire français et représentent un maillage territorial essentiel pour garantir la cohésion des territoires entre les territoires ruraux et les métropoles, très largement soutenues quant à elles par les réformes territoriales successives des années 20101. Ces villes moyennes connaissent pourtant depuis plusieurs décennies une lente asphyxie et demandent à être confortées dans leur rôle structurant à l’échelle d’un bassin de vie voire d’un département.

Pour faire face à cette situation, le Gouvernement, à travers le Ministère de la Cohésion des Territoires et celui de l’Economie et des Finances a présenté le 27 mars 2018 un plan de revitalisation des centres de villes moyennes baptisé « Action Coeur de Ville » (ACV)2. Dans ce cadre, ont été sélectionnées 222 villes de taille moyenne (222 sites et 229 villes, en tenant compte de quelques binômes), avec qui les préfets de département signeront une convention-cadre engageant la ville-centre, son intercommunalité et divers partenaires. Approche transversale touchant l’habitat, le commerce, l’emploi, les transports ou encore l’offre éducative, culturelle et sportive, …, le plan ACV vise à redonner de l’attractivité et du dynamisme aux centres de ces villes en jouant sur tous les curseurs de l’aménagement et du développement local.